Accéder au contenu principal

Mini-cakes aux peaux de bananes

Pour certains d'entre vous le fait de cuisiner des peaux de banane pourrait paraître étrange, moi-même j'étais dubitative à l'idée de faire un premier essai, mais il se trouve que les peaux de bananes sont aussi bonnes à manger que la banane en elle-même! Attention en revanche, pour cuisiner ses peaux de bananes, il faut impérativement que ce soit des bananes bio. Pourquoi? Parce que les bananes traitées stockent tous les pesticides dans leur peau (comme tous les autres fruits et légumes d'ailleurs).


Pour environ 24 mini-cakes

Ingrédients:
  • 3 peaux de bananes bio
  • 10 cl de lait végétal
  • 22 cuillères à soupe de compote de pommes
  • 3 cuillères à soupe d'huile végétale
  • 150g de sucre non raffiné
  • 1 cuillère à café d'extrait de vanille
  • 200g de farine
  • 3 cuillères à café de bicarbonate alimentaire

1. Mettez votre four à préchauffer à 200°C

2. Éliminez les extrémités des peaux de bananes puis découpez vos peaux grossièrement

3. Passez vos peaux de bananes au robot jusqu'à obtenir des morceaux fins

4. Ajoutez le lait, la compote et l'huile. Mixez

5. Ajoutez le sucre, l'extrait de vanille et le bicarbonate. Mixez de nouveau

7. Incorporez petit à petit la farine en mixant en même temps

8. Remplissez aux 3/4 vos moules à cakes et enfournez environ 20 minutes. (surveillez de temps à autre la cuisson des mini-cakes

Commentaires

  1. Très bonne recette, merci beaucoup !
    Et pour éviter d'acheter un sachet de levure, remplacer par une petite cuillérée à café de bicarbonate alimentaire (aussi appelé baking powder par les anglophones). Ça marche tout aussi bien et ça évite le sachet et le chimique !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci! Oui en effet! Il est aussi possible d'acheter de la levure chez certains boulangers, en vrac!

      Supprimer
  2. le bicarbonate de soude alimentaire = baking soda
    la levure chimique = baking powder

    Bonne recette testée aujourd'hui :)

    RépondreSupprimer

Publier un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Vrai sureau vs faux sureau (+ recettes)

Aujourd'hui nous avons profité du beau temps pour aller se promener à Boulogne. Lorsqu'on a l’œil averti, on peut y trouver tout un tas de plantes sauvages comestibles dont la fleur de sureau. Mais il faut savoir qu'il existe une plante qui fait beaucoup penser au sureau et qui se trouve être une plante toxique. Je vais donc vous montrer comment les différencier afin de ne pas vous tromper lors d'une prochaine balade. Sureau noir ( Sambucus nigra ): comestible vs sureau yèble ( Sambucus ebulus ) toxique Les feuilles Chez le sureau noir, les feuilles sont bombées en leur centre alors que celles du sureau yèble sont plutôt allongées. Un autre signe se trouve en dessous de la feuille du sureau noir, la couleur est gris-vert très prononcé alors que le dessus est tout simplement vert. Attention à ne pas se fier uniquement à cet aspect car lorsque l'on n'a pas les deux spécimens sous les yeux, la différenciation est assez difficile.  (à gauche: su

Mon super engrais à base de peau de banane

J'en ai parlé dans un live instagram il y a quelques jours et vous êtes nombreu.ses à me demander la recette. Alors pour éviter d'avoir à la répéter plusieurs fois, j'ai décidé de la mettre ici pour que vous puissiez la retrouver quand bon vous semble. Voici ma recette d'engrais à base de peau de banane.

Menstruations, fini le jetable, je passe au durable!

La parution de cet article était prévue depuis quelques temps et c'est assez incroyable car ce mardi 26 avril sur la chaine France 5 a été diffusé un documentaire choquant sur un objet intime que toutes les femmes connaissent: le tampon. On y découvre le témoignage de deux jeunes femmes qui ont frôlé la mort. Après de longues heures passées à l’hôpital avec des médecins qui ne savaient pas d'où venait leur mal, on a finalement découvert qu'une infection de leur utérus s'était développé et qu'il fallait les opérer de toute urgence. Même si leur cas et celui de nombreuses femmes n'est pas réellement connu comme un SCT (syndrome du choc toxique) suite au port du tampon, ce documentaire prouve que cet objet si intime ne veut pas tant que ça notre bien, au contraire.