Accéder au contenu principal

Bouillon de parties gaspillées de légumes

Lors du village des alternatives Alternatiba, en pleine dégustation de mon curry vegan offert par le banquet des 5000, j'ai rencontré Eric, chef cuisinier d'un restaurant dans le 4ème arrondissement de Paris qui m'expliquait qu'avec tout un tas de parties de légumes d'ordinaire destinées à la poubelle, il était possible de préparer un bouillon concentré de saveurs! J'ai donc décidé de faire le test! Quelles sont les parties dont je vous parle? C'est bien simple: feuilles d'artichaut, couches d'oignon, d'ail, d'échalotes, etc. Les saveurs sont plus concentrées dans ces parties que dans le reste du légume. 





Voici donc ma recette pour un bouillon de parties gaspillées de légumes:


Ingrédients:
  • Le jus de cuisson de vos légumes (pour ma part c'était des pois cassés et oignons)
  • N'importe quelle partie restante (les couches d'oignon)
  • Quelques feuilles de laurier
  • Sel et poivre

Préparation:
  • Faites cuire le tout dans une casserole à basse température pendant 20 à 30 minutes
  • Filtrez avec une passoire ou au chinois
  • Versez dans un bac à glaçons votre bouillon
  • Laissez refroidir puis placez au congélateur



Et le tour est joué! C'est rapide à faire et très pratique d'utilisation! Pour n'importe quel plat cuisiné utilisez la quantité souhaitée de bouillon, il parfumera à merveille vos plats! Il vous est désormais inutile et vous n'avez plus d'excuse d'acheter les bouillons de supermarché qu'ils soient bio ou pas car ce bouillon a le même goût et en plus de ça, il est gratuit puisque déjà présent dans vos légumes du marché! Attention à n'utiliser que des produits bio car en effet, les pesticides sont concentrés dans la peau des fruits et légumes issus de l'agriculture conventionnelle.

Bon appétit!

Commentaires

  1. Alors je garde cette astuce, je cours acheter 3-4 légumes pour la soupe et je teste !!
    Merci j'adore l'idée !
    Samantha

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hmmmm une bonne soupe! J'adore l'automne en partie pour ça!

      Supprimer
  2. Très bonne idée, merci pour l'astuce!

    RépondreSupprimer
  3. Merci pour cette belle idée. C'est sain et anti gaspi j'adore.

    RépondreSupprimer
  4. J'ai pris l'habitude depuis quelques mois de garder mes épluchures de légumes pour en faire du bouillon, cette astuce est plutôt cool pour le préparer à l'avance et le conserver ! En plus, je n'osais pas trop garder les épluchures d'oignons et d'ail justement !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est plus sympa de tout utiliser!

      Supprimer
    2. Hello, c'est le jus de cuisson que l'on congèle ou les épluchures ?

      Supprimer
    3. Le jus de cuisson, Soline. Les épluchures vont ensuite au compost.

      Supprimer
  5. la magie de la cuisine et des légumes ^_^
    Par contre en terme d'épluchures oignons-ail, il s'agit de la peau extérieure ou bien une partie découpée qui était un peu abîmée?

    RépondreSupprimer
  6. Vraiment une bonne idée, à tester ! Si ça peut m'éviter d'acheter des bouillons cubes, ou de passer 3 heures à faire un bouillon (c'est juste hallucinant quand on regarde les recettes ^^).
    Merci pour l'astuce ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'utilise plus que ça maintenant! Dès que j'ai suffisamment de couches d'oignons et que mon bac est vide j'en refais!

      Supprimer
  7. Je connaissais globalement le truc (je fais du bouillon de poule avec les os et des fanes de légumes), mais je ne savais pas pour la peau des oignons. J'essairai.
    Par contre, comme ça demande du temps et de l'énergie de faire son bouillon, je congèle un peu toutes mes fanes au fur et à mesure, et je ne me lance dans le bouillon que quand j'en ai beaucoup - et ensuite je congèle le bouillon en portion, oui oui !

    RépondreSupprimer
  8. peut on vraiment TOUT utiliser? par exemple les bouts de poivrons etc svp?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui moi j utilise tout carottes, champignons, courgette ...tout

      Supprimer

Publier un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Vrai sureau vs faux sureau (+ recettes)

Aujourd'hui nous avons profité du beau temps pour aller se promener à Boulogne. Lorsqu'on a l’œil averti, on peut y trouver tout un tas de plantes sauvages comestibles dont la fleur de sureau. Mais il faut savoir qu'il existe une plante qui fait beaucoup penser au sureau et qui se trouve être une plante toxique. Je vais donc vous montrer comment les différencier afin de ne pas vous tromper lors d'une prochaine balade. Sureau noir ( Sambucus nigra ): comestible vs sureau yèble ( Sambucus ebulus ) toxique Les feuilles Chez le sureau noir, les feuilles sont bombées en leur centre alors que celles du sureau yèble sont plutôt allongées. Un autre signe se trouve en dessous de la feuille du sureau noir, la couleur est gris-vert très prononcé alors que le dessus est tout simplement vert. Attention à ne pas se fier uniquement à cet aspect car lorsque l'on n'a pas les deux spécimens sous les yeux, la différenciation est assez difficile.  (à gauche: su

Mon super engrais à base de peau de banane

J'en ai parlé dans un live instagram il y a quelques jours et vous êtes nombreu.ses à me demander la recette. Alors pour éviter d'avoir à la répéter plusieurs fois, j'ai décidé de la mettre ici pour que vous puissiez la retrouver quand bon vous semble. Voici ma recette d'engrais à base de peau de banane.

Menstruations, fini le jetable, je passe au durable!

La parution de cet article était prévue depuis quelques temps et c'est assez incroyable car ce mardi 26 avril sur la chaine France 5 a été diffusé un documentaire choquant sur un objet intime que toutes les femmes connaissent: le tampon. On y découvre le témoignage de deux jeunes femmes qui ont frôlé la mort. Après de longues heures passées à l’hôpital avec des médecins qui ne savaient pas d'où venait leur mal, on a finalement découvert qu'une infection de leur utérus s'était développé et qu'il fallait les opérer de toute urgence. Même si leur cas et celui de nombreuses femmes n'est pas réellement connu comme un SCT (syndrome du choc toxique) suite au port du tampon, ce documentaire prouve que cet objet si intime ne veut pas tant que ça notre bien, au contraire.