Accéder au contenu principal

Mode éthique: Chaussettes Orphelines



Qui ne s'est jamais retrouvé avec une chaussette dont la jumelle avait disparu, dérobée par des nains maléfiques ou dévorée par la machine à laver? On ne sait pas comment ni pourquoi mais c'est un fait universel. Et face à ce genre de situation, on sait rarement quoi faire de la chaussette restante en se disant "je ne vais pas en faire don, à qui ça va servir une seule chaussette?". Alors au mieux on l'utilise comme chiffon. Et pourtant, une solution existe et c'est Marcia De Carvalho qui en est à l'origine. Il s'agit de sa marque Chaussettes Orphelines née il y a 10 ans d'un réel constat: la mode n'est pas assez circulaire.

Marcia est née au Brésil, à Sao Paulo et est française d'adoption depuis une vingtaine d'années. Diplômée en stylisme de mode à Paris, elle débute dans des maisons de couture prestigieuses, telles que Chloé, Paule Ka et Azzaro, en tant qu'assistante de création de collections féminines en maille. Ses souvenirs d'enfance et son histoire familiale ont constitué les bases de ce qu'elle est aujourd'hui: une créatrice et entrepreneuse pleine de ressources. Car en effet, sa mère tenait un atelier de maille et son père passait pour sa part des heures dans son atelier à créer et inventer. Les questions de recyclage et de développement durable étaient déjà très présentes dans la famille de Marcia.


Marcia De Carvalho à gauche. Crédit photo: Laure Ledoux pour LaVie 

En rangeant les tiroirs de ses fils, Marcia découvre tout un tas de chaussettes orphelines. Ne souhaitant pas les jeter, elle décide alors de les découper et de créer des tableaux textiles ou encore de les assembler pour fabriquer des vêtements en patchwork. 

Elle fonde alors l’association Chaussettes Orphelines pour sensibiliser au recyclage des déchets textiles via la réalisation de créations artistiques réalisées en chaussettes. Basée dans le quartier de la Goutte d’Or à Paris, l'association organise des ateliers d’insertion auprès des femmes du quartier. Son projet a eu un tel succès que face à l'afflux de chaussettes venues de la France entière, Marcia décide de passer à une autre étape: créer un fil 100% recyclé pour redonner une utilité vestimentaire à ces chaussettes.


Depuis 2008, Marcia et son équipe ont collecté, recyclé et transformé plusieurs dizaines de tonnes de chaussettes usagées. En collaboration avec des ingénieurs et filateurs, elle a mis au point un fil 100% recyclé et 100% made in France à partir de vieilles chaussettes et de chutes de laine. Les fils obtenus donnent naissance évidemment à de nouvelles chaussettes mais également à tout un tas d'accessoires comme des gants, bonnets, écharpes, pochettes et même des vêtements!

Une véritable économie circulaire et solidaire s'est mise en place. L’association sensibilise au recyclage au travers de collectes organisées avec des collectivités ou des entreprises, offre des animations pédagogiques aux école notamment pour les enfants du quartier de la Goutte d'Or, anime des ateliers créatifs avec des femmes en hébergement d'urgence et fait travailler des ateliers d’insertion pour le tri des chaussettes. La marque quant à elle, achète les chaussettes triées à l'association pour produire le nouveau fil dans des ateliers français. Enfin, elle reverse une partie de la recette pour financer l'association. La boucle est bouclée; vive l'économie circulaire!


Pour ma part, j'ai découvert la marque via Laetitia et Bianca de la boutique en ligne Kabanes. Elles avaient apporté deux pulls de Chaussettes Orphelines et j'avais été bluffée de voir une matière d'une si grande qualité pourtant faite à partir de vieilles chaussettes! Le fil est doux et très agréable à porter. J'ai donc contacté la marque afin d'en savoir un peu plus et un partenariat s'est mis en place pour que je puisse tester leurs accessoires. Je suis désormais prête à affronter l'hiver sereinement car j'ai reçu: une paire de gants, un bandeau, deux paires de chaussettes montantes et une paire de socquettes invisibles en attendant qu'il se mette réellement à faire froid!

J'ai choisi les gants Alex et le bandeau Sarah en noir lurex. Comme je ne connaissais pas le lurex jusqu'ici, j'ai eu la grande surprise de découvrir qu'il s'agit d'un fil recouvert d'une couche métallique. Ça donne un aspect chic à cet ensemble. Un peu de lumière dans de le gris de l'hiver ça ne fera pas de mal! Mes chaussettes montantes sont en rouge/gris et noir/gris. Elles sont hyper confortables et moi qui travaille dans le froid, je sais que mes petits pieds seront bien gardés au chaud avec ça. Enfin, la paire de soquettes au coloris écru sont bien pratiques à porter avec des petites tennis! Les quantités de coton, de laine et autres matières recyclées sont variables et sont entièrement détaillées sur chaque article. J'aime cette transparence.


Les prix sont assez élevés mais quand on voit tout ce que la marque englobe: procédé unique et made in France ainsi que l'association, on comprend que l'on ne peut pas obtenir des prix bas comme pour la fast fashion. Cela n'aurait pas de sens. Mais pour fêter les 10 ans de la marque, vous allez pouvoir profiter jusqu'au 15 novembre de réductions sur une sélection d'articles.

Avec le code LILYFAIRLY, vous allez pouvoir profiter de 5% de réduction supplémentaire sur les 15 à 30% déjà pratiqué sur une sélection d'article. Par exemple: pour une paire de chaussettes montantes, elles sont à 18€ au lieu de 25€ prix initial. Pour le bandeau Sarah, 21€ au lieu de 30€ prix initial, pour les gants Alex, 36€ au lieu de 45€ et enfin pour les socquettes invisibles, 14€ au lieu de 19€. Le prix a été arrondi pour vous donner une idée. Bref, si vous êtes sensible à la réduction des déchet, au made in France, à l'économie solidaire ou les trois en même temps, n'hésitez pas à craquer, vous ne serez pas déçus par la qualité!




Par ailleurs, vous pouvez déposer ou envoyer vos vieilles chaussettes à l'association afin de leur donner une seconde vie et qui sait, les porter à nouveau! Voici l'adresse:

Chaussettes orphelines
Atelier-Boutique Marcia de Carvalho
2 rue des Gardes
75018 Paris

 

Quel article vous plaît le plus dans ma sélection?
Connaissez-vous d'autres méthodes de recyclage des matières textiles?










Commentaires

  1. pour ma part, j'ai eu bcp de chaussettes orphelines quand les enfants étaient petits, plus que maintenant (je ne sais pas pourquoi !) je les ai gardées et j'en fais les fameux tawashi tissés de Lilacam, du coup ils sont plein de couleurs grâce aux chaussettes d'enfants colorées !

    RépondreSupprimer

Publier un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Mon super engrais à base de peau de banane

J'en ai parlé dans un live instagram il y a quelques jours et vous êtes nombreu.ses à me demander la recette. Alors pour éviter d'avoir à la répéter plusieurs fois, j'ai décidé de la mettre ici pour que vous puissiez la retrouver quand bon vous semble. Voici ma recette d'engrais à base de peau de banane.

Recette: Caroube viennois

Pour les personnes qui ne connaîtraient pas la poudre de caroube, il s'agit d'un substitut au chocolat beaucoup plus local puisque l'arbre qui fait les gousses de caroube pousse sur tout le pourtour méditerranéen. Son goût est proche de celui du chocolat avec une petite note de caramel en plus. J'ai trop repoussé la publication de ma recette alors je profite de cette période pour vous la partager une bonne fois pour toutes !

Vrai sureau vs faux sureau (+ recettes)

Aujourd'hui nous avons profité du beau temps pour aller se promener à Boulogne. Lorsqu'on a l’œil averti, on peut y trouver tout un tas de plantes sauvages comestibles dont la fleur de sureau. Mais il faut savoir qu'il existe une plante qui fait beaucoup penser au sureau et qui se trouve être une plante toxique. Je vais donc vous montrer comment les différencier afin de ne pas vous tromper lors d'une prochaine balade. Sureau noir ( Sambucus nigra ): comestible vs sureau yèble ( Sambucus ebulus ) toxique Les feuilles Chez le sureau noir, les feuilles sont bombées en leur centre alors que celles du sureau yèble sont plutôt allongées. Un autre signe se trouve en dessous de la feuille du sureau noir, la couleur est gris-vert très prononcé alors que le dessus est tout simplement vert. Attention à ne pas se fier uniquement à cet aspect car lorsque l'on n'a pas les deux spécimens sous les yeux, la différenciation est assez difficile.  (à gauche: su