Accéder au contenu principal

Mon super engrais à base de peau de banane

J'en ai parlé dans un live instagram il y a quelques jours et vous êtes nombreu.ses à me demander la recette. Alors pour éviter d'avoir à la répéter plusieurs fois, j'ai décidé de la mettre ici pour que vous puissiez la retrouver quand bon vous semble. Voici ma recette d'engrais à base de peau de banane.

bocal et peaux de bananes

Qu'on soit d'accord, je ne suis pas le genre de personne à consommer régulièrement des bananes pour la simple et bonne raison qu'elles viennent de loin, très loin. Cependant, en période de confinement, je suis obligée d'aller faire mes courses au plus proche c'est-à-dire chez Carrefour City ! Yay ! Enfer de plastique et de produits pleins de pesticides. Alors le peu de fruits et légumes bios que je trouve, je prends. Et il y a parfois les bananes. Pour ne pas gâcher la peau, on peut évidemment en faire des mini cakes mais on peut aussi les utiliser en engrais pour nos plantes d'intérieur !

Ingrédients:


  • 2 à 3 peaux de bananes
  • eau
  • 1 bocal à couvercle
Préparation:

1. Remplissez votre bocal avec vos peaux de bananes
2. Remplissez d'eau
3. Refermez le bocal avec son couvercle
4. Laissez infuser 3 jours
5. Mettez les peaux de bananes au compost
6. Diluez l'infusion dans 10 fois sa quantité d'eau
7. Arrosez vos plantes avec (1 à 2 fois par mois et par plante d'apport en engrais, pas plus)

Ne conservez pas plus d'une semaine au frigo votre infusion.
Ne faites pas infuser plus de 3 jours.
Ne faites pas réinfuser vos peaux de bananes.

La peau de banane est riche en potassium, magnésium et fer, éléments dont nos plantes d'intérieur sont malheureusement souvent en carence. Zéro déchet et bon pour elles, vous avez tout gagné !

Commentaires

  1. oh merci pour cette recette ! je suis comme toi désespérée d'en passer par les supermarchés, et comme toi je cède un peu sur certaines exigences habituelles, mais du coup si on peut rentabiliser au maximum; c'est bon à prendre !

    RépondreSupprimer
  2. Je fais exactement pareil depuis plusieurs mois ! Quand les enfants me réclame désespérément des bananes...

    RépondreSupprimer
  3. Je ne connaissais pas du tout, merci pour cette astuce, je vais essayer.^_^

    RépondreSupprimer
  4. Ah génial, je vais essayer également !

    RépondreSupprimer
  5. C'est une super idée ! Comme toi, je n'achète quasiment jamais de bananes, mais j'ai profité que ma mère en ai acheté pour tester ton engrais ;) je me suis demandé s'il serait encore plus bénéfique avec du thé à la place de l'eau, du fait des vertus des tanins? :)

    RépondreSupprimer

Publier un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Vrai sureau vs faux sureau (+ recettes)

Aujourd'hui nous avons profité du beau temps pour aller se promener à Boulogne. Lorsqu'on a l’œil averti, on peut y trouver tout un tas de plantes sauvages comestibles dont la fleur de sureau. Mais il faut savoir qu'il existe une plante qui fait beaucoup penser au sureau et qui se trouve être une plante toxique. Je vais donc vous montrer comment les différencier afin de ne pas vous tromper lors d'une prochaine balade. Sureau noir ( Sambucus nigra ): comestible vs sureau yèble ( Sambucus ebulus ) toxique Les feuilles Chez le sureau noir, les feuilles sont bombées en leur centre alors que celles du sureau yèble sont plutôt allongées. Un autre signe se trouve en dessous de la feuille du sureau noir, la couleur est gris-vert très prononcé alors que le dessus est tout simplement vert. Attention à ne pas se fier uniquement à cet aspect car lorsque l'on n'a pas les deux spécimens sous les yeux, la différenciation est assez difficile.  (à gauche: su

Menstruations, fini le jetable, je passe au durable!

La parution de cet article était prévue depuis quelques temps et c'est assez incroyable car ce mardi 26 avril sur la chaine France 5 a été diffusé un documentaire choquant sur un objet intime que toutes les femmes connaissent: le tampon. On y découvre le témoignage de deux jeunes femmes qui ont frôlé la mort. Après de longues heures passées à l’hôpital avec des médecins qui ne savaient pas d'où venait leur mal, on a finalement découvert qu'une infection de leur utérus s'était développé et qu'il fallait les opérer de toute urgence. Même si leur cas et celui de nombreuses femmes n'est pas réellement connu comme un SCT (syndrome du choc toxique) suite au port du tampon, ce documentaire prouve que cet objet si intime ne veut pas tant que ça notre bien, au contraire.