Accéder au contenu principal

Votre PQ participe-t-il à la protection de l'environnement tout en aidant les gens ?


Savez-vous depuis quand existent les toilettes que l'on retrouve dans toutes les habitations européennes et qui les a inventés ? Et alors comment on faisait ses besoins avant leur création ? Ensemble nous allons retracer l'Histoire de cet objet plus qu'ordinaire à nos yeux et pourtant si important dans la défense des droits humains et la lutte écologique.

Il semblerait que les toilettes que nous connaissons aujourd'hui aient été créées en Angleterre par Thomas Crapper au XVIIème siècle (c'est probablement de là que vient le mot "crap" qui signifie "crotte" en anglais).

Avant ça, en Europe, on sait que  dans les châteaux et abbayes médiévales dotés d'un plan hydraulique, les excréments tombaient dans le vide et s’évacuaient bien souvent avec les eaux des douves ce qui provoquait malgré l'ingéniosité des pollutions visuelles et olfactives. Dans les villes, il n'y avait pas de système d'évacuation mais il y avait tout de même des systèmes de voirie comme à Paris. Les gens allaient faire leurs besoins dans des cabanes installées au bord des rivières ou dans des fossés disposant de planches trouées afin de s'asseoir dessus. Certains habitants utilisaient des pots de chambre qui étaient ensuite vidés dans les rues avec le reste des ordures ménagères.

Il paraît qu'à Versailles, les courtisans faisaient leurs besoins derrière les portes, sur les balcons ou dans les jardins, sans même s'en cacher. Pas étonnant d'ailleurs puisqu'on sait même que la cour se rassemblait autour du roi au moment où il devait faire ses besoins pour s'assurer qu'il était en bonne santé. C'est d'ailleurs de là que vient la phrase que tout le monde répète à chaque fois que l'on croise quelqu'un pour la première fois de la journée : "comment allez-vous ?". La question à la base est "comment allez-vous à la selle ?"

Mais pourquoi je vous raconte l'Histoire des toilettes comme ça ? Tout simplement parce que le manque de dispositifs et d'hygiène pour faire ses besoins accroît le risque de maladies graves pouvant entrainer la mort. Selon l'OMS, en "zone subsaharienne, un enfant décèderait toutes les deux minutes trente, après avoir bu une eau non potable, polluée par des effluents d'origine humaine". Selon l'ONU cette fois, plus de 750 enfants meurent chaque jour dans le monde à cause de diarrhées liées au manque d'eau potable, de sanitaires et d'hygiène.

Si aujourd'hui, 4.2 milliards de personnes vivent encore sans sanitaires dont la moitié boivent une eau contaminée, des organisations comme l'ONU et des marques comme Who Gives A Crap s'engagent au quotidien pour changer la donne.


Who Gives A Crap, je vous en avais déjà parlé dans un précédent article que vous pouvez retrouver ici (lien vers l'article de blog). C'est une marque qui propose du papier toilette recyclé (mais il y a aussi une gamme premium en fibre de bambou) sans aucun emballage plastique. Chaque rouleau est enveloppé dans un papier aux motifs, qui plus est, funs. Who Gives A Crap, en vendant ses produits s'engage à reverser 50% de ses profits à des associations qui  défendent l'accès à la propreté et la sécurité des toilettes pour tous en participant à des projets de constructions de toilettes un peu partout dans le monde.

Parce que le sujet n'est pas le plus glamour au monde mais qu'il nous concerne tous, il est important d'en parler afin de sensibiliser le plus grand nombre. L'accès à des sanitaires est quelque chose de tellement normal chez nous qu'on oublie qu'ailleurs dans le monde, des gens meurent juste parce qu'ils n'ont pas accès à ce dispositif si banal.

Je vous invite donc à visiter le site de Who Gives A Crap pour découvrir leurs rouleaux de papier toilette et passer commande afin de changer la donne !


Article sponsorisé par Who Gives A Crap

Commentaires

  1. Hello Lily Fairly ! Je viens de tomber sur ton blog et sur cet article ultra glamour ;) Merci pour cette belle découverte, ça me semble être une belle initiative ! Pareille pour la petite anecdote historique, j'ai vraiment bien aimé connaître l'historique des toilettes !

    J'ai essayé de cliquer sur les liens que tu proposes dans ton article (celui que tu as fait de Who Gives A Crap et le lien du site Who Gives A Crap), mais ils n'apparaissent pas...

    Personnellement, j'utilise de moins en moins du PQ. je me suis mise à la lingette pipi lavable. Vu que je fais de la couture à la maison, il me reste des fois quelques chutes de tissus, je les réutilise pour en faire des lingettes pipi... Je n'ai pas encore passé le cap du caca... lol
    Voilà voilà, c'est passionnant la vie zéro déchet hein ! Sur cette note glamour,
    je te souhaite une belle journée !
    Efi

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou Efi !

      Merci pour ton commentaire super glam pour un article super glam, cependant nécessaire.
      Je vais me renseigner auprès de la marque pour le lien dysfonctionnel !
      J'ai comme toi utilisé des lingettes pour le pipi et puis après je suis passée à la douchette ! Mais en effet pour le caca (haha ça me fait trop rire de le dire en toute détente XD) je suis toujours au PQ !

      Supprimer

Publier un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Mon super engrais à base de peau de banane

J'en ai parlé dans un live instagram il y a quelques jours et vous êtes nombreu.ses à me demander la recette. Alors pour éviter d'avoir à la répéter plusieurs fois, j'ai décidé de la mettre ici pour que vous puissiez la retrouver quand bon vous semble. Voici ma recette d'engrais à base de peau de banane.

Recette: Caroube viennois

Pour les personnes qui ne connaîtraient pas la poudre de caroube, il s'agit d'un substitut au chocolat beaucoup plus local puisque l'arbre qui fait les gousses de caroube pousse sur tout le pourtour méditerranéen. Son goût est proche de celui du chocolat avec une petite note de caramel en plus. J'ai trop repoussé la publication de ma recette alors je profite de cette période pour vous la partager une bonne fois pour toutes !

Vrai sureau vs faux sureau (+ recettes)

Aujourd'hui nous avons profité du beau temps pour aller se promener à Boulogne. Lorsqu'on a l’œil averti, on peut y trouver tout un tas de plantes sauvages comestibles dont la fleur de sureau. Mais il faut savoir qu'il existe une plante qui fait beaucoup penser au sureau et qui se trouve être une plante toxique. Je vais donc vous montrer comment les différencier afin de ne pas vous tromper lors d'une prochaine balade. Sureau noir ( Sambucus nigra ): comestible vs sureau yèble ( Sambucus ebulus ) toxique Les feuilles Chez le sureau noir, les feuilles sont bombées en leur centre alors que celles du sureau yèble sont plutôt allongées. Un autre signe se trouve en dessous de la feuille du sureau noir, la couleur est gris-vert très prononcé alors que le dessus est tout simplement vert. Attention à ne pas se fier uniquement à cet aspect car lorsque l'on n'a pas les deux spécimens sous les yeux, la différenciation est assez difficile.  (à gauche: su